Vous êtes ici :   Accueil » Enquête sur les liens entre les groupes MAN et BDS

Mouvement pour une

Alternative

Non-violente

Groupe de Montpellier

Petite présentation
Le groupe de Montpellier du Mouvement pour une Alternative Non-violente est né officiellement en 1976. Il fait partie de la vingtaine de groupes qui forment le MAN au niveau national.
Le MAN Montpellier est membre de la
Maison des Tiers-Mondes et de la Solidarité Internationale.
Articles
Sur le site national
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
xeeZrN
Recopier le code :
13 Abonnés
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
https://man.non-violence-herault.org/data/fr-articles.xml

En réponse à l'appel lancé par une part importante de la société civile palestinienne pour une campagne non-violente de boycott d'Israël (BNC), tant que cet Etat ne respectera pas le droit international, le MAN s'y est engagé. Nous avons rapidement édité un 4-pages "Le MAN appelle au boycott pour l'application du droit en Israël-Palestine".


Qu'en est-il à ce jour de l'implication des groupes qui sont le pole-actions du Mouvement ?


Au sondage envoyé en juillet dernier, 8 groupes ont répondu (Orléans, Albi, Paca, St Etienne, MAN71, MAN Vosges 68, MAN 34, MAN-IDF). Ce n'est pas suffisant pour un bilan exhaustif, mais on remarque que, engagés depuis très longtemps dans des actions de développement, d'échanges, d'interventions auprès des élus, de conférences, de pétitions, de présence en Palestine...., ces groupes ont rejoint des collectifs BDS créés en France à partir de 2009 et s'y sont plus ou moins impliqués.
Les groupes MAN ne semblent pas à l'origine de ces créations mais y ont travaillé avec des organisations dont les principales sont l'AFPS, l'UJFP, MRAP, NPA, LDH et des collectifs Palestine déjà existants.
Dans ce cadre ont été menées diverses actions d'information, d'incitation au boycott par des interventions publiques, hors ou dans des grandes surfaces commercialisant des produits israéliens en signalant que la plupart venaient des territoires occupés, donc illégaux, des distributions de tracts lors de manifestations sportives ou culturelles sponsorisées par l'autorité israélienne, ses représentants et soutenues par des organisations sionistes locales.
Plusieurs groupes ont participé à des conférences, projections de films, et certains ont  organisé des journées de formation à la non-violence directement orientée vers le BDS.

Mais nous sommes aujourd'hui à un tournant : les gouvernements français successifs  condamnent l'appel au boycott d'Israël, des plaintes ont été portées contre des militants et des condamnations ont suivi. (1)
Nous sommes donc au moment où il faudra décider du passage de la non-coopération, devenue illégale, à la désobéissance civile.  La coordination BDS-France n'y semble pas encore prête. Ou attendre qu'un courant favorable, qui pourrait venir des groupes locaux,  se dessine. Dans les réponses des groupes c'est ce qui est souhaité : "d'accord, mais à condition que s'installe une large mobilisation au niveau national capable de créer l'événement et un réel rapport de force".

Quelques remarques personnelles après avoir recueilli les réponses des groupes :
Cette campagne internationale fait ouvertement référence à la non-violence. Elle interpelle de nombreuses organisations variées dans de nombreux pays ; elle touche
aussi des communautés juives, arabo-musulmanes. D'expérience nous savons que la non-violence est peu ou mal connue et est perçue de façon négative. La présence des militants du MAN (2) est donc un moment privilégié pour faire connaître l'esprit et la stratégie de la non-violence gandhienne. C'est dans l'action que les personnes sont confrontées au choix de la fin et des moyens et se posent des questions.


(1) Depuis cinq ans, plus d'une centaine de militants ont fait l'objet d'une procédure de police, mais seulement une quarantaine ont été poursuivis comme ceux de Mulhouse. Ces derniers, condamnés en deuxième instance, n'ont pas eu gain de cause devant la Cour de Cassation et entendent porter le débat devant la Cour européenne des Droits de l'homme.
Dans l'ensemble les décisions de justice sont contradictoires et les relaxes nombreuses. Toutefois, la répression se durcit à cause des pressions faites à tous les niveaux par les lobbys sionistes.
Pour plus de détails taper www.bds-france, puis "procès" dans le cadre 'rechercher'.

(2) Je pense à la présence de Lanza puis des compagnons de l'Arche au coeur du plateau du Larzac en squattant une ferme pour s'y installer. Ils étaient présents, actifs dans les actions de résistance.
Avec le BDS nous sommes en résistance aux côtés des palestiniens.

Jean Desbois (MAN34 et BDS34)


Date de création : 20/09/2016 @ 21:23
Catégorie : Articles - Palestine - Israël
Page lue 320 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Site hébergé par la coopérative

Coop hébergeurs-hébergés Ouvaton

CAMPAGNE
NATIONALE

Agenda
Vous êtes ici :   Accueil » Enquête sur les liens entre les groupes MAN et BDS

Mouvement pour une

Alternative

Non-violente

Groupe de Montpellier

Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
xeeZrN
Recopier le code :


  186042 visiteurs
  5 visiteurs en ligne

  Nombre de membres 10 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!